Maxime nous entraine dans son marais, un véritable dédale d’étiers et de fossés, ce marais sauvage, celui de son enfance, de sa jeunesse, son terrain de jeu, l’endroit où il aimait pêcher l’anguille avec les copains. A chaque virage, Maxime conte une anecdote, tous les éléments du paysage évoquent forcément un souvenir, plein d’épisodes d’une vie entièrement consacrée à Noirmoutier.
Et Bénédicte m’amène découvrir ses collections, celles des enfants et celles des plus grands ! Bénédicte est incollable sur les ouvrages choisis, elle conte une histoire, celle d’un auteur, les éléments qui l’ont touché et ceux qu’elle souhaite transmettre. Cet espace, justement baptisé Trait-d’union, est bien l’endroit où s’accomplit la transmission, tout ce passage des uns aux autres ; des auteurs aux lecteurs, des éditeurs aux auteurs et aux lecteurs, des auteurs entre eux, des libraires aux livres et des livres aux lecteurs.